Le site de la Librairie Philosophique J. Vrin utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur des services.
En continuant sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Je comprends

Les Éditions / La librairie
 

 

De la matière à l’action

Aristote et le problème du vivant

Pierre-Marie Morel

EUR 29,00
Disponible Ajouter au panier
Aristote élabore une conception originale et subtile de l’unité de l’âme et du corps. L’âme du vivant est à son corps ce qu’est la forme à la matière : elle en est le principe ou le programme interne d’organisation et de développement. Leur unité est donc substantielle sans pour autant qu’ils se confondent. Aristote ouvre ainsi une voie singulière pour dépasser l’alternative du dualisme et du monisme. L’unité du composé d’âme et de corps est selon lui un fait indiscutable et qui, en tant que tel, n’appelle pas de justification; mais comment concevoir l’unité du vivant s’il est fait de deux principes, l’un corporel, l’autre incorporel? La solution du paradoxe consiste à refuser une représentation statique ou purement morphologique de l’être animé selon laquelle la vie serait la superposition ou l’addition inexplicable de deux entités distinctes. Depuis les mouvements organiques les plus simples jusqu’aux activités les plus élaborées, comme les actions morales, la vie consiste toujours en une synthèse de mouvements tout à la fois psychiques et corporels. L’unité du vivant résulte de la cohérence de ses activités. Pour le comprendre, il convient d’analyser la contribution essentielle, mais souvent négligée, que les Petits traités d’histoire naturelle et le traité Du mouvement des animaux apportent à la problématique du traité De l’âme. C’est ce que ce livre entreprend de faire en tissant le lien qui rattache la matière à l’action et, au-delà, la philosophie du vivant à la philosophie pratique.