Le site de la Librairie Philosophique J. Vrin utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur des services.
En continuant sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Je comprends

Les Éditions / La librairie
 

 

Hobbes, Descartes et la métaphysique

Dominique Weber (éd.)

EUR 22,00
Disponible Ajouter au panier
Dans une lettre fort célèbre adressée à Marin Mersenne le 4 mars 1641, René Descartes dit de Thomas Hobbes, l’« Anglois » : « je crois que le meilleur est que je n’ai point du tout de commerce avec lui, et pour cette fin, que je m’abstienne de lui répondre; car, s’il est de l’humeur que je le juge, nous ne saurions guère conférer ensemble sans devenir ennemis ». Quant à Hobbes, selon le témoignage de John Aubrey, il avait apparemment coutume de dire que Descartes, « s’il s’en était tenu à la géométrie, aurait été le meilleur géomètre du monde, mais sa tête n’est pas faite pour la philosophie ». Pourquoi alors « Hobbes, Descartes et la métaphysique ». En réalité, l’opposition entre Hobbes et Descartes concerne peut-être – c’est du moins l’hypothèque que ce livre envisage et tente d’explorer – la façon dont le philosophe anglais a cherché à constiture avec et contre Descarte, un privilège de la physica au sein de la philosophia prima. D’où la nécessité de reprendre à nouveau frais les enjeux du débat qui fit s’affronter Hobbes et Descartes autrement que sous la seule forme de l’injure et de l’attaque ad hominem. D’où également la nécessité de s’interroger sur les liens qui rattachent peut-être la philosophie première de Hobbes au « système de la métaphysique » tel que ce dernier s’est progressivement constitué, au XVIIe siècle, avec l’élaboration de l’ontologia.